Principale

Réaction partagée suite au départ de Franck ALLISIO des Républicains

Je suis partagé à la lecture de la décision de notre ancien Président des Jeunes Actifs au niveau national de rejoindre le FN pour une place qui lui donnera probablement un mandat. Partagé car je ne pense pas qu’il soit le seul à être incriminer. Que Franck Allisio soit parti à l’extrême droite, le regarde même si je ne partage pas ce choix, et qu’il ait voulu sacrifier ses opinions pour une place et un mandat politique, est finalement symptomatique d’un système politique qui donne la part belle aux opportunistes et aux professionnels de la politique. Monsieur ALLISIO n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de personnes qui visent simplement à avoir un poste peu importe les idées défendues. Encore une fois, si on devait enlever de l’échiquier politique ceux qui sont là par opportunisme et intérêt financier, il ne resterait pas grand monde…

La question, bien plus globale que le « cas ALLISIO » en lui-même, serait plus pour moi : les partis politiques sont-ils prêts à se réformer pour intégrer plus facilement des personnes qui travaillent en dehors du monde politique ?

Dans ce cadre, le lancement de notre cycle de conférences au sein des Jeunes Actifs républicains Isérois prend toute sa place sous la dénomination : « carrière politique, carrière professionnelle : à la croisée des mondes ». Il permettra, une fois de plus, d’insister sur l’importance d’ouvrir les portes du milieu politique à des professionnels de leur secteur. L’un des moyens pour éviter que ces actions opportunistes ne voient le jour serait de faire en sorte qu’il n’y ait pas de dépendance forte à la politique d’un point de vue financier.

Puissions-nous profiter de cet événement pour changer les habitudes au sein de notre famille politique et notre façon de penser la politique et l’engagement en politique.

http://www.lefigaro.fr/politique/2015/09/13/01002-20150913ARTFIG00034-franck-allisio-lr-pourquoi-je-rejoins-le-front-national.php

Cycle de rencontres: "Carrière politique, carrière professionnelle, à la croisée des mondes"

La période estivale est déjà loin de nous et les activités professionnelles et extra professionnelles reprennent leur cours. La politique restant pour la plupart d'entre nous une activité non rémunératrice, il nous a semblé intéressant, au sein des Jeunes Actifs Républicains Isérois, de lancer un cycle de rencontres sur le thème "Carrière politique, carrière professionnelle: à la croisée des mondes".

L'objectif de ces rencontres est très simple: permettre à chacun d'entre vous d'échanger avec un élu qui a souhaité poursuivre sa carrière professionnelle en parallèle.

Nous discuterons donc des problématiques posées par ce choix tant à l'intérieur d'un parti politique qu'à l'extérieur.

Nous avons donc le plaisir de vous annoncer que la première soirée du cycle "Carrière politique, carrière professionnelle: à la croisée des mondes" aura lieu Mardi 29 septembre à partir de 19h au siège des Républicains Isérois (9 place Paul Vallier à Grenoble). A cette occasion, nous accueillerons Fabien RAJON (avocat en droit des affaires et au pénal du côté des victimes, conseiller départemental du canton de la Tour du Pin et Maire de la Tour du Pin). Il nous présentera son parcours professionnel, ce qui l'a amené à la politique et comment il gère aujourd'hui ces deux domaines.

Nous vous attendons donc nombreux afin d'échanger ensemble et de poursuivre par un moment convivial autour du verre de l'amitié.

L'équipe des Jeunes Actifs Républicains en Isère

 

A la croisée des chemins entre Bisounours, religieux et responsables politiques

La fin du monde des « Bisounours »

Réagir à chaud, dans la tourmente, dans le feu de l’action n’est pas toujours souhaitable. Encore moins quand les thèmes évoqués reposent sur l’humain, sur sa capacité à dépasser l’entendement, sur les relations œcuméniques, sur les religions et particulièrement l’Islam, sur des mesures fortes et sans équivoques qui viseraient à ne plus être prisonniers d’un idéal qui, pour certains dirigeants de la classe politique, ressemble au monde des « Bisounours ».

Il y a des moments où les gens engagés, que cela soit dans des associations, des partis politiques, des groupes religieux, doivent s’exprimer sans langue de bois tout en respectant les uns et les autres. Il me semble que les faits dramatiques du mois de janvier liés à Charlie Hebdo méritent ce franc parlé et c’est avec cette ligne directrice que je souhaite m’exprimer aujourd’hui, en tolérance certes mais en ayant un sens critique.

Religions, effet de mode et enseignement religieux

Rappelons des éléments de base qui permettent de mieux comprendre ce qui se passent aujourd’hui. Les terroristes et mouvements visibles de terroristes, dans leur majorité, se revendiquent de l’Islam (je dis bien « se revendiquent » mais cela n’a rien à voir avec l’Islam pratiquée par des personnes intégrées) aujourd’hui parce que les autres religions ont peut-être déjà eu leur lot de massacres et d’attentas perpétués. N’oublions pas non plus la nature de certaines religions, comme le christianisme et l’Islam, qui visent à s’étendre et possèdent une stratégie « expansionniste » (contrairement au Judaisme par exemple qui revendique être le « Peuple Elu ». On comprend donc que le but n’est pas d’avoir le plus de membres possibles au sein du « Peuple Elu »). Des effets de mode existent dans notre société, et il en est de même au sujet des religions. Il est donc aujourd’hui « moins à la mode » de caricaturer les religions autres que l’Islam. Car la force d’une caricature ou d’un article sera proportionnelle à la force des réactions suscitées.

Rappelons donc que les caricatures du prophète Mahomet ont été probablement moins nombreuses que celles du Christ par exemple ou que les caricatures des instances Islamiques ont été moins nombreuses que celles sur le clergé. Elles ont également été moins acerbes sur l’Islam et Mahomet que sur le Catholicisme et le Christ par exemple (cf un dessin tiré de Charlie Hebdo en novembre 2012 http://www.huffingtonpost.fr/2012/11/06/une-charlie-hebdo-catholiques-mariage-gay-sodomie_n_2080928.html).

Rappelons enfin, que les religions sont issues de la même souche. D'après les textes sacrés, nous serions tous des enfants d’Abraham. Que le fils sacrifié ait été Ismael ou Isaac ne change pas grand-chose. Chaque religion a le droit d’avoir sa propre lecture et possède son livre sacré propre. Il est donc dangereux de raisonner systématiquement sur ce qui sépare les religions. Ecrivons, parlons, échangeons, organisons des événements sur ce qui les rassemble.

L’enseignement des religions serait peut-être aussi à revoir car quand on voit/entend des propos relatés de collégiens, il y a lieu de s’inquiéter :

«Mais vous ne comprenez pas, le Prophète, ils n'auraient pas dû le dessiner (…). Il est au-dessus des hommes»

L’enseignement des religions ne doit pas être vu comme quelque chose qui annihilerait l’esprit critique. Certaines réponses vont être données par la religion mais il convient également de chercher en nous même. Un enfant ou un être équilibré n’est-il pas équilibré à partir du moment où il cherche en dehors et à l’intérieur de lui les réponses à ses questions sur son existence et sur l’existence en général ?

Puissions nous avoir des enseignements religieux qui suivent plus cette trame et puissions nous voir les différences non pas comme des oppositions mais comme des complémentarités.

Exemples de contradictions entre les discours et postures d'hier et d'aujourd'hui

Il convient également de souligner que les discours actuels du gouvernement, sont dans l’ensemble, des discours de façade de la part de personnalités, passées ou actuelles, qui disent aujourd’hui l’opposé de ce qu’elles disaient hier :

-          Monsieur PEILLON (ancien Ministre de l’éducation nationale) qui déclarait lors de l’Université de Neuchâtel l’année dernière que le catholicisme était incompatible avec la liberté, contrairement à l’Islam :

http://www.lesobservateurs.ch/2014/12/14/vincent-peillon-le-catholicisme-est-incompatible-avec-la-liberte-contrairement-lislam/

-          Les services de Monsieur Cazeneuve, actuel Ministre de l’intérieur, se retrouvant démunis face à la publication d’un livre prônant, notamment, la lutte contre les ennemis de l’Islam en milieu d’année dernière :

http://www.metronews.fr/info/livre-pronant-le-djihad-une-polemique-mais-pas-d-interdiction/mngC!5qMgn5bs5Od2/

Des centaines d’exemples de ce genre existent et montrent simplement que la parole donnée n’a pas de valeur. Que l’on peut dire tout et son contraire suivants les situations et le contexte.

Ne pas confondre vitesse et précipitation

Oui il faut réagir vite pour sécuriser nos concitoyens et pour mettre hors d’état de nuire des terroristes en puissance.

Oui il faut être force de propositions et se donner les moyens de réaliser ce qui est proposé notamment financièrement.

Mais sachons également étudier l’existant avant de vouloir créer d’autres commissions, comités ou autres groupes de réflexion en tout genre car il existe déjà des commissions et des rapports. Utilisons déjà l’existant à 100% et surtout donnons nous les moyens d’aboutir par la suite.

http://lelab.europe1.fr/Lutte-contre-le-djihadisme-ce-qui-existe-deja-a-l-Assemblee-nationale-et-au-Senat-20188

Actifs et Populaires : recette de la victoire

C’est avec plaisir et dans une ambiance très chaleureuse et constructive que les Jeunes Actifs Isérois UMP se sont réunis dernièrement par le biais de leur responsable adjoint Benjamin PITON. Cela afin d’échanger, d’une part sur les prochaines échéances électorales comme les départementales du mois de mars et les régionales fin 2015 et, d’autre part sur l’organisation d’événements communs entre Jeunes Populaires et Jeunes Actifs UMP Isérois. Les Jeunes Populaires se sont donc joints à cette initiative via leur Président Alexandre ROUX ainsi que quelques membres du syndicat étudiant de l’UNI.

Au sujet des départementales, les discussions ont tourné autour des aberrations de la réforme socialiste qui fait passer le nombre de cantons en Isère de 58 à 29 mais qui dans le même temps demande d’élire un binôme, c’est-à-dire 2 élus.  L’union de la droite, du centre et des non inscrits à l’échelle du département a fait l’unanimité avec des parlementaires à l’avant-garde du dispositif et une agence de communication commune pour tous les binômes.

Benjamin PITON a donc rappelé que les Jeunes Actifs Isérois UMP souhaitaient s’engager pour être présents à court terme dans les équipes de campagne à des postes stratégiques et étaient également prêts à incarner un renouveau lors des prochaines élections internes de l’UMP. A cet effet, une première liste de volontaires a été constituée pour aider certains binômes de candidats et des témoignages forts sont venus illustrer les ambitions affichées. Alexandre ROUX s’est exprimé pour le canton Est de Grenoble et Maxime Le Pendeven sur le canton du Moyen Grésivaudan mais également Benjamin PITON, en tant que directeur de campagne sur le canton du Moyen Grésivaudan.

Actifs et Populaires étaient donc réunis pour le renouveau politique en Isère et organiseront des événements communs aussi bien sur le fond que sur la forme dans les semaines à venir.

A retenir sur le fond, des débats thématiques qui seraient organisés conjointement d’ici l’été 2015 sur un format « café-débat » avec plusieurs intervenants de la société civile et du monde politique. Si jamais vous souhaitez participer à cette organisation ou si vous avez des expériences à nous faire partager sur l’organisation de débats, n’hésitez pas à contacter Benjamin PITON : http://benjaminpiton.fr/index.php/contactez-moi

Vous serez bientôt informés de ces initiatives via le site UMP 38 notamment mais également sur le site suivant http://benjaminpiton.fr/.

Voeux pour 2015 : réveil et union des forces

D’un point de vue politique, 2014 restera une année chargée en évènements tant au niveau local que national.

Au sein de l’UMP en Isère, de l’annulation des « Primaires du changement » à la préparation des élections départementales, la défaite électorale sans précédent lors de l’élection municipale de Grenoble est encore lourde de conséquences sur l'agglomération. La ville de Grenoble propage l'idéologie "écolo" à travers laquelle on pourrait résoudre tous les problèmes mais se focalise un peu moins sur le mieux vivre de ses concitoyens. En effet, la Mairie préfère s'occuper d'acheter du sel "vert" pour le déneigement, trois fois plus cher que le chlorure de sodium plutôt que de s'occuper des installations de campements de Roms en bordure de l'avenue Esmonin et du risque d'amiante de la friche industrielle Allibert par exemple. De plus, les fameuses "Assises de la citoyenneté" étaient attendues par les électeurs d'Eric PIOLLE, par les grenoblois mais en quelques mois, des décisions autocratiques ont été prises et Grenoble a dit adieu au Tour de France, aux Trois Jours cycliste et au Festival du Cirque.

A l’échelle nationale, la situation économique dans laquelle le gouvernement de François HOLLANDE a plongé notre pays est catastrophique. Tout simplement, il est aujourd’hui difficile d’esquisser la lueur d’un véritable redressement national. Face à cela, aucune force d’opposition n’est parvenue à affirmer une crédibilité pour une alternance tant attendue. Enfin, le retour de Nicolas SARKOZY à la tête de l’UMP laisse les adhérents et sympathisants de l’UMP dans l’attente d’une véritable feuille de route jusqu’en 2017.

Je formule un vœu majeur pour cette année 2015. Le vœu d’une prise en compte de l’envie des jeunes de s’impliquer dans la vie publique. Les citoyens seront sensibles au renouvellement des idées et des énergies lors des prochaines échéances électorales. Cette nécessité devra dépasser les conservatismes et les ententes politiciennes qui ont trop souvent été la règle. Nous sommes au XXIème siècle et les pratiques d’antan doivent définitivement disparaître.

Je formule également le voeu de ne pas brider les rêves des enfants et de leurs parents par des prises de décisions autocratiques et surtout que nos responsables politiques puissent non seulement avoir les pieds sur terre mais également nous emporter par leur audace et leur énergie canalisée sur des sujets structurants pour le bien commun, pour le plaisir de leurs concitoyens.

Je vous souhaite enfin à tous une excellente année 2015. Qu’elle soit celle du réveil citoyen et de l’union des forces.

Bien à vous tous,

Benjamin PITON

Plus d'articles...

Page 2 sur 11

JoomShaper